élus écologistes de Rezé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 novembre 2016

Ciné-débat Alimenterre le 30 novembre à Rezé !

Festival ALIMENTERRE - Projection du film "La guerre des graines" le mercredi 30 novembre à 20h30 au Cinéma Saint-Paul à Rezé.

guerre-des-graines.png

Projection et débat autour du film documentaire "La guerre des graines" :

Julien Bouron et Marie-Isabelle Yapo y seront présents pour participer au débat qui suivra la projection du film. Nous vous y attendons nombreux-ses !

Au cinéma Sain-Paul

38 Rue Julien Douillard, 44400 Rezé

02 40 75 41 91


SYNOPSYS « La Guerre des Graines » de Stenka QUILLET et Clément MONTFORT / Production John Paul Lepers / 2014 / 52’ / VF

Les graines sont le premier maillon de notre alimentation. Mais dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut-être plus le droit de ressemer leurs propres graines. En Europe, une loi tente de contrôler l’utilisation des semences agricoles. Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers détiennent déjà la moitié du marché des graines. La résistance paysanne s’organise malicieusement dans les campagnes. De l’Inde à Bruxelles, en passant par la France et la Norvège, enquête sur la guerre des graines, qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs et tous les habitants de la planète.

Regardez la bande annonce : http://www.festival-alimenterre.org...

jeudi 24 novembre 2016

Pour que vive la démocratie !

Synthèse de l'intervention du groupe écologiste porté par Colette Reclus lors du Conseil Municipal du 10/11/2016.

Intervention sur les nouveaux dispositifs du Dialogue Citoyen.


Colette.jpg

La refonte du Dialogue Citoyen aujourd'hui conduit à la mise en place de nouveaux dispositifs de participation. Placer le citoyen au coeur de l'action publique, être à son écoute dans la proximité, développer des politiques publiques adaptées aux besoins et attentes dans une visée d'intérêt général pour le plus grand nombre est primordiale.

En ce qui concerne la démocratie locale, la Ville de Rezé a créé l'un des premiers conseils français à l'échelon communal en 1992, suivi des Conseils Communautaires de quartier en 2002 et depuis le Dialogue Citoyen y est foisonnant !

Les dispositifs qui nous sont proposés s'inscrivent dans la continuité des pratiques et non dans la rupture. On y retrouve la capitalisation des expériences des trois parties prenantes du Dialogue Citoyen : habitants, membres d'instances, élus et services.

Les instances de démocratie locale sont une école du citoyen, de la citoyenne et lui permettent de se former à l'élaboration des politiques publiques. Aujourd'hui, il s'agit non seulement de rendre nos politiques publiques plus lisibles mais également plus efficaces. La prise en compte de la parole des habitants doit se traduire concrètement.

Il est donc nécessaire de se donner les moyens de notre ambition commune :

> Une pluralité des outils de Dialogue Citoyen : En parallèle du rôle des Dialabs, qui ont un ancrage de quartier, l'expérimentation de la pétition citoyenne adressée aux élus sur une compétence relevant de la Ville serait un outil intéressant à intégrer au sein des nouveaux dispositifs. Sur une base de 500 signatures minimum, cette interpellation citoyenne permettrait de soumettre une question à débat au sein du Conseil Municipal.

> Des moyens financiers et humains : Pour que notre politique en faveur de la démocratie locale puisse atteindre ses objectifs d'un véritable ancrage territorial. Il est important également que la Ville finance fournisse, comme le préconisait le CESC, des solutions de garde d'enfants afin de permettre à tous et toutes, et en l'occurrence aux familles monoparentales, de pouvoir participer à la démocratie locale à Rezé.

> Un accompagnement à la formation : Nous pensons qu'il est important de suivre les préconisations du CESC pour former au mieux les intervenants en permettant aux membres des instances d'acquérir les outils de partage et de parole.

> Un renforcement du rôle de la Maison du DD : La Maison du DD a vocation à être non seulement un lieu ressources mais aussi d'offres de formation sur les questions de société et de citoyenneté : lutte contre toutes les discriminations, qu'elles soient racistes, sexistes et homophobes ; échanges et expressions autour de la Laïcité.

> Un outil numérique participatif, pédagogique et innovant : Il est nécessaire que la communication soit un outil clé dans la mise en œuvre de la refonte du Dialogue Citoyen. Comme à Grenoble, nous pouvons en faire un atout de notre politique. Ainsi, nous proposons une plateforme dynamique incluant aussi bien les Dialabs que l'ensemble des dispositifs nouvellement créés dans un esprit de lisibilité et de compréhension. L'outil numérique se doit d'être attractif et pertinent pour susciter une volonté d'engagement des habitants vers la question politique, notamment de la part des jeunes. Cela serait le cadre idéal pour y intégrer le Guide proposé par le CESC.

> Suivi et transparence : Nous nous devons une exigence de transparence et d'évaluation par la mise en place d'un comité de suivi, associant les parties prenantes, qui permettra de prendre la mesure des avancées réalisées et d'être en veille sur le bon déroulement de ces dispositifs.

Colette Reclus

vendredi 28 octobre 2016

Didier Quéraud en immersion au sommet Climate Chance

Retour de Didier Quéraud sur le sommet Climate Chance.

En tant que président du RGO (Réseau Grand Ouest), Didier Quéraud, a participé au sommet Climate Chance qui a eu lieu à Nantes les 26, 27 et 28 septembre derniers. Une occasion, pour lui, d'être en immersion au sommet des acteurs non-étatiques réunis pour lutter contre le réchauffement climatique.

climate-chance.png

Le RGO (1) a été retenu pour animer un atelier au sommet mondial Climate Chance qui s'est déroulé à Nantes fin septembre. Rappelons que ce sommet, le 1er du genre, rassemblait uniquement des acteurs non étatiques (c'est à dire des ONG, et des gouvernements locaux - communes, régions etc...), mettant l'accent principalement sur l'action plutôt que sur de grandes déclarations.

Le titre de l'atelier : "Le pouvoir de la commande publique comme levier pour agir sur le climat et stimuler le développement durable". Il s'agissait de faire le lien entre les critères que peuvent intégrer les collectivités dans leurs marchés, avec la lutte contre le changement climatique (principalement dégagement des gaz à effet de serre), et plus largement le développement durable. 3 acteurs y sont intervenus :

  • - le RGO par l'intermédiaire de la Ville de Lorient qui a exposé son marché sur l'achat d'électricité avec un critère "d'additionalité environnementale",
  • - l'organisation néerlandaise non gouvernementale SKAO, qui a témoigné comment elle appuyait les collectivités et les entreprises privées dans leurs achats visant à diminuer leur consommation énergétique,
  • - et enfin la ville de Copenhague, qui a témoigné de son plan d'économie d'énergie dans le secteur de l'éclairage public. (2)


Il ressort de cet atelier comme des autres sur la mobilité ou même les finances, que nombre d'organisations non gouvernementales ou de collectivités sont depuis longtemps passées du discours aux actes, avec des bilans très prometteurs.

Ce sommet souhaitait prouver que c'est sans doute plus des entités non gouvernementales que viendra le sursaut vital qui permettra à l'humanité de se sauver d'une catastrophe annoncée. Car les Etats eux-mêmes sont coincés dans des jeux de posture ou des défenses d'intérêts qui paralysent totalement tout espoir d'une lutte efficace contre le changement climatique.

Le Réseau Grand Ouest pour une commande responsable, qui réunit une centaine de collectivités de Bretagne, Pays de la Loire, Centre, Normandie et Nouvelle Aquitaine, a pu montrer lors de ce sommet combien son travail était gagnant pour ses adhérents. Car outre les réductions de consommations, la responsabilité sociale et les économies financières sont aussi au rendez-vous.

http://reseaugrandouest.fr/

(1) Le Réseau Grand Ouest : Commande publique et Développement Durable au sommet Climate Chance. Réunissant une centaine de collectivités (dont toutes les grandes villes de l'Ouest et les Régions), le RGO contribue à l'intégration de critères environnementaux et sociaux dans les marchés publics pour que les collectivités aient une politique d'achat responsable. Il est présidé depuis presque un an par Didier, au titre de la Ville de Rezé.


(2) Le diaporama projeté lors de cet atelier est téléchargeable ici : http://reseaugrandouest.fr/Organisation-d-ateliers-et (descendre dans la page du site du RGO - c'est un document assez technique, et en partie en Anglais...)

Didier Quéraud, élu en charge des Travaux sur les bâtiments de la ville et président du RGO.

La transition sera locale ou ne sera pas !

Tribune Novembre 2016

transtionenergetique2.jpg

En cette veille d'élection présidentielle, nous sommes immergés dans une période des plus troubles. Les débats nauséabonds fleurissent et nous font craindre le pire pour 2017. L'histoire nous apprend qu'à la croisée de deux époques, le futur peut prendre des orientations bien différentes.

En 1930, Antonio GRAMSCI écrivait : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Dans ce contexte, il est indispensable de ré-enchanter nos concitoyens, de bâtir ensemble un imaginaire commun qui nous donnerait envie d'avoir confiance en l'avenir.

Nous, écologistes, sommes persuadés que la transition sociétale sera locale ou ne sera pas. La fabrique Rezéenne présentée le 30 septembre est le fruit de plusieurs mois de travail avec les habitants et de plusieurs années d'expérience en matière d'Agenda 21. Elle s'inscrit dans la continuité des précédents mandats et affirme que la municipalité se veut un acteur audacieux et novateur d'une transition sociétale de proximité. De plus, nous serons vigilants à ce que notre action politique s'inscrive également dans le souci de nos voisins, tous habitants de ce village qu'on appelle la Terre. Curieusement, ce sont les pays qui contribuent le plus au dérèglement climatique qui en ressentiront le moins les conséquences. Faisons donc en sorte que notre action municipale contribue au développement des pays du sud vers une économie décarbonée et porteuse d'un autre modèle sociétal. Cela s'appelle la solidarité climatique !

Julien Bouron, élu en charge de la Transition énergétique

Colette Reclus, une élue de proximité à Pont-Rousseau

Retour sur la réunion publique du quartier Pont-Rousseau.
Colette.jpg

La réunion publique qui s’est tenu le 6 octobre dernier, en présence du Maire Gérard Allard, a été l’occasion de présenter aux habitants les différents projets qui sont portés à Pont-Rousseau. Une sorte de point d’étape pour un quartier en perpétuelle mutation dont Colette Reclus est l’adjointe.

Pont-Rousseau, c’est l’entrée de Rezé. Une situation stratégique qui révèle de forts enjeux et qui anime Colette Reclus d’une volonté de s’impliquer auprès des habitants. Elle est assistée dans ses missions par Stéphanie Cotrel conseillère municipale. Même si elle est aussi adjointe à la Blordiere, Pont-Rousseau est son quartier de résidence. C’est également, pour elle, sur le terrain que le dialogue trouve sa place, en proximité des Rezéens. Car c’est en rencontrant les habitants, en échangeant avec eux, en dialoguant avec les acteurs associatifs que la vie du quartier se co-construit, dans le partage.

Des projets dans l’axe de la Ville-nature que portent avec énergie l’adjointe de quartier, en co-élaboration avec les différents partenaires, tels que l’aménagement des bords de Sèvre afin d’en préserver la riche biodiversité. Cette rive de la Sèvre a dorénavant sa promenade bucolique et récréative, une trame verte qui s’intègre dans le quartier. Un poumon vert essentiel pour cette entrée très fréquentée de la Ville.

Mais c’est aussi le jardin collectif de la Barbonnerie qui fait exemple pour la politique municipale. Le fameux permis de jardiner, véritable outil en faveur de la réappropriation des espaces publics par les habitants, en est l’atout. C’est ce genre de projets, en étroite concertation entre acteurs, qui enthousiasme l’élue écologiste.

La créativité est aussi le moteur de Pont Rousseau avec ce formidable vivier artistique qu’est la Bonnetterie, lieu interdisciplinaire où chaque Rezéen rencontre des artistes, des graphistes, des tapissières, une ressourcerie informatique… La variété des approches et des pratiques dans le partage.

On peut le dire, Pont-Rousseau n’est pas un quartier tout à fait comme les autres au regard de toute cette diversité empreinte de mixité, soucieuse du vivre ensemble, qui se créée et évolue dans le partage. Le partage, la mixité sociale, des valeurs porteuses d’espoirs aussi pour Colette Reclus.

Eric Dumanchin pour les élus écologistes de Rezé.

jeudi 13 octobre 2016

Jardiversité : un pas de plus vers la Ville nature !

Ce samedi 8 octobre était ouvert au public Jardiversité, le nouveau jardin pédagogique de Rezé. Ce projet a été porté et soutenu par les élus écologistes dont Colette Reclus. L'élue écologiste en charge de la préparation et du suivi de la politique en matière d'espaces verts naturels ou aménagés s'investit personnellement à ce que Rezé devienne une ville engagée et pionnière, une Ville nature.

Jardiversité - Ville de Rezé

Rezé regroupe 176 hectares d'espaces verts et l'attente des habitants est forte. La démarche des élus écologistes s'inscrit dans une approche de terrain et de proximité; d'une part, afin qu'elle puisse acquérir toute sa légitimité, et d'autre part, parce que les écologistes sont convaincus de la nécessité de dialoguer et de faire en commun. Dès lors, nous nous devons de répondre aux aspirations des habitants en étant novateurs dans les propositions.

Impliquée dans un jardin partagée, longtemps membre du jury pour le Prix des Jardins et Balcons fleuris, Colette Reclus, grâce à ses échanges avec les habitants et les associations, a pu porter le projet en lien étroit avec les services de la Ville. Car au delà de l'action professionnelle, les agents se sont particulièrement mobilisés. Et c'est bien là toute la cohérence de ce projet qui a été mené à bien dans un souci d'écoute et partage et grâce à l'implication de chaque acteur : habitant, associatif, élu, agent. Des intervenants et des partenaires pertinents tels qu'ECOS et Bretagne Vivante qui partagent leurs savoirs et aussi leurs expériences . Ici la permaculture y tient une place prépondérante ." Prendre soin de la terre de l'humain partager équitablement " tels en sont les principes.

Jardiversité ouvre ses portes pour apporter l'accompagnement nécessaire à la diffusion des bonnes pratiques du jardinage naturel, en respect de la biodiversité. Cela passe par des conseils avisés qui seront proposés par le pôle ressources mais également par la pratique avec les ateliers au jardin en lien avec la Maison du Développement Durable.

Ainsi, la cohérence de la démarche est le fruit de la convergence des aspirations de chacun. Le partage est une valeur essentielle pour les élus écologistes et pour Rezé, c'est le lien qui fait sens et un gage de qualité de vie qui doit s'inscrire dans la durée.

Eric Dumanchin pour les élu-e-s écologistes

Infos pratiques :

Le Jardiversité sera ensuite ouvert un samedi par mois au public. L’accueil du jardin pédagogique sera, quant à lui, ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Le Jardiversité - Rue de la Guilloterie à Rezé. Entrée libre - Rens : 02 40 84 42 23

Redonnons vie à nos déchets !

Retour sur le festival de l'économie circulaire :
Ceci n'est pas un déchet - festival de l'économie circulaire
Ci-dessus. Une grande diversité d'activités était proposée dans le grand hall de l'école d'architecture de Nantes.

CECI N’EST PAS UN DÉCHET. C'est le nom du festival de l'économie circulaire qui s'est déroulé les 24 et 25 septembre dernier à à Nantes.

Imaginer le futur... C'est un peu ce qu'on en commun l'ENSAN (l'Ecole Nationale Supérieure d'architecture de Nantes), et le recyclage des déchets. Réhabiliter, redonner vie, faire renaître. L'ENSAN a en effet accueilli le Festival de l'économie circulaire, Ceci n'est pas un déchet, initiative des associations PING et Robin Débrouille et de Stations Services.

Et son succès était au rendez-vous : plus de 2000 visiteurs ont découvert, le temps d’un week-end, comment transformer des objets en fin de vie. Pour peu qu'on ouvre l'oeil, l'alternative à la benne devient alors la réparation, le détournement, la customisation voire du compostage. Ou comment un revêtement de sol devient un sac à main. Voilà ce qu'on trouvait sur les stands ce week-end.

Au côté des ateliers de pédagogie et de sensibilisation, les acteurs locaux de l’économie circulaire s'étaient donnés rendez-vous, dans le cadre de conférences. Parmi elles, celle présentée par Flore Berlingen sur la démarche de l'association Zero Waste France (ndl zéro déchet). Zero Waste rassemble des citoyens qui veulent inciter leur collectivité à en finir avec le gaspillage et les déchets. L’anglicisme du mot Waste étant revendiqué parce qu’il signifie à la fois déchet et gaspillage, deux notions intrinsèquement liées. Car la question des déchets est transversale et relie de nombreux champs d'action, dont l’économie. « Ces rencontres ont rencontré un vif engouement », rappelle Philippe Comtesse, un des organisateur du festival, de l'association Stations Services « car les participants ont réalisé par eux-mêmes qu'une meilleure gestion de nos déchets pouvait être porteuse d’emplois. » Preuve en est : les aprioris restent tenaces et c'est d'autant plus spectaculaire lorsqu'ils se font démonter comme par l’association PING et l’étonnement non feint de certains visiteurs. « Quand un des participants réussit à faire peau neuve à des enceintes en fin de vie , son exploit suscite des applaudissements nourris ! ». Voilà qui fait mentir la fatalité de la durée de vie des appareils soumis à la contrainte de l’obsolescence programmée qui provoque inexorablement la surconsommation.

Recycler c'est aussi créer et c'est avec Re-Act que le public conquis a pu mettre la main à la couture pour réaliser ses propres sacs, pochettes et autres accessoires. Le résultat est là, très mode et personnel, avec la satisfaction d'avoir fait les choses par soi-même. Car il s’agit là bien de déconstruire nos idées reçues face aux objets qui nous entourent et d’appréhender différemment nos modes de vie. Pari réussi : cette manifestation de l’économie circulaire dont le bilan s'élève à 800 kg d'objets ré-employés, a suscité un véritable enthousiasme auprès des Nantais-e-s. Pour la prochaine édition, les organisateurs de CECI N’EST PAS UN DECHET espèrent bien réussir à convaincre, et séduire davantage encore.

Un nouveau défi­ à relever !

Ces initiatives et ces manifestations sont soutenues par les écologistes. Ainsi Ceci n'est pas un déchet a reçu la visite et le soutien marqué de Mahel Coppey, conseillère municipale à Nantes et vice-présidente de Nantes Métropole en charge de l'économie sociale et solidaire et de l'économie circulaire.

Eric Dumanchin pour les élu-e-s écologistes

mardi 4 octobre 2016

Transition énergétique : bâtissons un imaginaire commun !

Intervention CM du 30 septembre 2016.


Délibération n°18 / Adoption du nouveau plan d'actions pour engager la Ville de Rezé dans la transition écologique.

M. le Maire, chers Collègues,

En cette veille d'élection présidentielle, nous sommes immergés dans une période des plus troubles. Les débats nauséabonds (Burkini, nos ancêtres les Gaulois, accueils de migrants...) fleurissent les uns après les autres et nous font craindre le pire pour 2017. L'histoire nous apprend qu'à la croisée de deux époques, le futur peut prendre des orientations bien différentes, s'éclaircir ou s'assombrir ! En 1930, Antonio GRAMSCI écrivait : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Dans ce contexte, il est indispensable de ré-enchanter nos concitoyens, de bâtir ensemble un imaginaire commun qui nous donnerait envie d'avoir confiance en l'avenir.

Nous, écologistes, sommes persuadés que la transition sociétale sera locale ou ne sera pas. Le plan d'action que nous présentons ce soir est le fruit de plusieurs mois de travail avec les habitants et de plusieurs années d'expérience en matière d'Agenda 21. Il s'inscrit dans la continuité des précédents mandats et affirme que la municipalité se veut un acteur audacieux et novateur d'une transition sociétale de proximité. Oui mais vers quoi ? La transition n'est pas un projet de société, mais bien un état temporaire d'un projet vers un autre. A l'heure du grand débat métropolitain sur la transition énergétique, nous proposons la mise en place d'un temps de débat au sein du conseil municipale, non pas sur la nécessité d'entrer en transition (celle-ci semble désormais partagée) mais sur l'imaginaire commun que nous souhaitons porter au sein de cette instance.

De plus, nous serons vigilants à ce que notre action politique s'inscrive également dans le souci de nos voisins, tous habitants de ce village qu'on appelle la Terre. Curieusement (ou pas) ce sont les pays qui contribuent le plus au dérèglement climatique qui en ressentiront le moins les conséquences. Il est donc de notre responsabilité de faire en sorte que notre action municipale contribue au développement des pays du sud vers une économie décarbonée, en s'inscrivant, par exemple, dans un programme de compensation de nos émissions de CO2. Cela s'appelle la solidarité climatique !


Je vous remercie de votre attention.

Julien Bouron, élu en charge de la Transition énergétique.

Ça mouline à nouveau aux 3 moulins !

Intervention CM du 30 septembre 2016


Délibération n°20 / Convention pluriannuelle de partenariat entre la Ville, l’association ECOS et la société Nature et aliments pour la création et l'animation de jardins naturels sur le site des 3 Moulins.

M. le Maire, chers Collègues,

Ça mouline à nouveau aux 3 moulins !

La délibération qui nous est soumise ce soir concerne la convention pluriannuelle de partenariat entre la ville, l’association ECOS et l’entreprise nature et aliment sur le site des 3 moulins. L’objectif exprimé est la création et l’animation d’un jardin collectif. C’est aussi l’accompagnement au jardinage naturel proposé pour les jardins familiaux. Cela pourrait passer pour chose banale mais il fait écho à l’actualité de cette semaine avec le sommet Climate chance. Climate chance, c’est, je cite : « le sommet mondial des acteurs non étatiques du climat, le rdv de la société civile qui a choisi de faire de la lutte contre le réchauffement climatique une chance pour imaginer un futur plus durable et solidaire en contrepied à une société de la défiance de la peur de l’autre. CLimate Chance, c’est donner une place prépondérante aux acteurs locaux, c’est le sommet du FAIRE, c’est accepter de partager le pouvoir d’agir. » La convention entre la Ville de Rezé, l’association ECOS et l’entreprise Nature et Aliment s’inscrit dans cette même veine : à la base des préoccupations environnementales, un partenariat innovant, des acteurs locaux investis et engagés sur des priorités d’actions et partageant une philosophie commune et au final un projet fédérateur qui fait bouger les lignes.

ECOS est un acteur déjà actif sur la Ville et dont l’objet est de « réinventer la ville en repensant notre quotidien et en développant la réappropriation des espaces publics et partagés ». Ce partenariat ne peut qu’apporter une « plus-value ». En participant à la création de nouveaux espaces de partage aux 3 moulins par des actions concrètes, ce partenariat saura contribuer à la dynamisation du lien social. Il permettra la montée en compétence des jardiniers dans le domaine du jardinage écologique et de la préservation de la biodiversité. Car il s’agit aussi de biodiversité au regard de l’emplacement stratégique du site des 3 moulins.

Au croisement de 3 quartiers : La Blordière, Houssais, Pont Rousseau ; il bénéficie d’une situation centrale dans la commune, près d’un axe de circulation important reliant le centre-ville de Nantes au sud de l’agglo. Porteur de qualité de vie et de cohésion sociale, ce partenariat conforterait donc la continuité de la trame verte en intégrant davantage la présence du végétale dans l’espace urbain. On ne pouvait également rêver meilleur partenaire du projet que Nature et aliment, acteur économique du territoire, engagé au niveau régional et national dans la promotion de l’agriculture biologique depuis 1976. J’ai rencontré madame Jost, co-gérante de l’entreprise Nature et Aliment, lors d’un rdv informel sur le thème de la permaculture et le mécénat a, si je puis dire, germé depuis. La démarche de cette entreprise qui met en avant culture sociale et souci de l’autre ainsi que son implication en faveur de la responsabilité sociétale apporte, si je puis dire, « de l’eau au moulin ». En effet, Nature et Aliment a la volonté de contribuer à la promotion de nouvelles formes d’agriculture urbaine en soutenant, en particulier, l’intervention d’ECOS dans l’animation de jardins naturels sur le site des 3 moulins. Ainsi, l’agriculture biologique et la permaculture sont privilégiées comme solutions de jardinage naturel.

La ville nature est un axe majeur de la stratégie du développement durable de la Ville. Par cette convention la ville accentue cette ambition : avancer ensemble vers une ville sobre et écoresponsable, permettre l’appropriation de l’espace public par les habitants, en les mettant au cœur du projet, au travers d’une dynamique collective et conviviale dans le secteur des 3 moulins autour du jardinage naturel. Je me réfèrerai à Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique et un des architectes de Climate Chance pour dire que : le moment est venu pour nous de montrer que ce sont bien aux territoires d’accompagner et de soutenir les acteurs locaux en s'appuyant sur cette capacité de mobilisation, cette force de synergie qui leur sont propres. Vous l’aurez compris, les élus écologistes approuvent cette délibération et soutiennent résolument toutes les initiatives s’inscrivant dans cette démarche.

Je vous remercie de votre attention.

Colette Reclus

Des ponts plutôt que des murs !!!

Tribune des élu-e-s écologistes d'octobre 2016
refugies climatiques

Avec une durée sans précédent de plein soleil sans eau, nous avons connu un été problématique pour la santé des personnes âgées, pour la production agricole et pour la sauvegarde de multiples espaces naturels en proie aux flammes, y compris dans notre région.

Cette météo, agréable sur un temps de vacances, dans un pays où toutes les innovations techniques sont accessibles, et où malgré tout il est aisé de trouver ombre et eau fraîche, a des conséquences dramatiques en d’autres lieux de la planète.

Les écologistes ont sans doute été les premiers à parler de « réfugiés climatiques ». Kesako ? Ce sont des populations poussées à la migration par les effets du changement climatique, sur la production agricole, sur la ressource en pêche, sur le déboisement ou même simplement sur la ressource en eau pour l’alimentation humaine. La situation est telle qu’elles ne peuvent espérer survivre sur leur territoire d’origine.

Plutôt qu’ériger des murs pour les freiner, nous avons la double responsabilité de les accueillir. D’une part par principe de solidarité, d’autre part parce que nous sommes en partie responsable du dérèglement climatique qui les fait fuir de chez eux. Un principe de compensation en quelque sorte.

Parallèlement, nous devons réellement orienter drastiquement notre mode de vie, afin de ralentir ce changement climatique, à défaut de l’inverser.

Nous ne voulons pas assister à la désagrégation du vivre ensemble, après avoir assisté à celle de notre planète….

Didier Quéraud, élu en charge des Travaux sur les bâtiments de la ville.

Suivez-nous sur facebook.com/elusecoloreze/ et Twitter @elusecolos_reze

Contact : elus.ecologistes@mairie-reze.fr

lundi 3 octobre 2016

INAUGURATION JARDIVERSITE - le samedi 8 octobre

Réservez votre journée du samedi 8 octobre pour découvrir le nouveau plan d’actions de développement durable de la Ville et le ouveau jardin pédagogique Jardiversité aux serres municipales.
Où à lieu l'inauguration ?

Le Jardiversité Découvrez l’une des 30 actions de la Fabrique rezéenne, plan d’actions pour engager la Ville dans la transition écologique et sociétale. __ Samedi 8 octobre 2016 à 11 h__ Pôle horticole, 5 rue de la Guilloterie - 44400 Rezé Une journée pour petits et grands pour apprendre les nouvelles méthodes de jardinage écologique, découvrir les interactions entre les animaux et les plantes ou encore être conseillé pour son jardin !


Au programme, des animations de 10h à 17h:

· coccinelle_01La biodiversité à la mare

· Les méthodes pour un bon compost

· Le frelon asiatique

· La création d’un potager selon les principes de la permaculture

· Les techniques alternatives au désherbage

· La multiplication végétative

Vous pourrez également découvrir sur place, l’exposition du nouveau plan d’actions développement durable de la Ville de Rezé.
jardiversite_programme.pdf__Télécharger le programme ici !!__

jeudi 15 septembre 2016

CYCO VÉLO #2 : un nouveau rendez-vous le 16 septembre.

Communiqué de presse

cyclovelo_2_xl.jpg

CYCLO VÉLO #2 : C'EST REPARTI POUR UN TOUR DU CYLO VÉLO !

Nouveau RDV du CYCLO VÉLO : Les élu-e-s écologistes de Rezé, afin de partager et d'échanger autour de l'écologie politique, vous proposent un nouveau RDV du CYCLO VÉLO. Venez vous joindre à nous vendredi prochain 16 septembre à 18h pour 1h30 de circuit très agréable par des chemins qui vous sont peut-être encore inconnus !

Pour mieux connaître sa ville : Cyclo Vélo, dont le premier RDV a eu lieu le 6 juillet dernier (quartier Hôtel de VIlle / Château), est un cycle de circuits vélo d'un nouveau genre pour mieux connaître sa ville et ces lieux d'initiatives et d'expérimentations qui sont la preuve de la dynamique écologiste à Rezé.

À la découverte de projets variés : Vendredi 16 septembre, à 18h, nous vous donnons rendez-vous à nouveau, devant le gymnase Cités Unies. Ce sera l'occasion de découvrir avec vos élu-e-s la variété des évolutions de notre ville sur le quartier de La Houssais. Vous apprécierez comment l'écologie peut s'intégrer dans ces réalisations.

RDV VENDREDI 16 SEPTEMBRE DEVANT LE GYMNASE CITES UNIES, À 18H.

arrêt Trocardière. Durée du circuit : 1h30.

contact : elusecologistesreze@gmail.com ou 06 81 16 85 88 N'hésitez pas à nous contacter pour vous inscrire. Participation libre.

mardi 30 août 2016

Dialogue citoyen, au-delà du seuil réglementaire.

Tribune de septembre 2016

887972-nantesjpg.jpg

Dans une métropole fière de mettre en oeuvre de grands débats citoyens (débat Loire…), il est décevant de voir que le projet métropolitain de la chaufferie de la petite Californie crée autant de difficultés. Cet exemple doit nous guider pour l’avenir.

Quel que soit la collectivité en charge du dossier, elle ne peut plus se permettre de porter seulement de façon réglementaire des projets sans associer les riverains dès le début. Dans un contexte politique difficile où d’autres projets inutiles et imposés cristallisent les tensions, les collectivités ne sont plus considérées comme garantes de l'intérêt général. Il revient aux porteurs d’un projet de consulter les citoyens pour en légitimer l'existence voire de les associer à une co-construction.

Ainsi, nous souhaitons :

  • - Que Nantes Métropole et les communes qui la composent créent un dispositif de consultation permanent qui puisse être saisi à tout moment par les citoyens en amont d'un projet. C'est mettre à l'épreuve du débat tous les projets politiques de nos instances, et pas uniquement les plus consensuels.
  • - Que chacun s'engage à débattre dans la sérénité, la bienveillance et dans le respect des personnes, quelles que soient leurs opinions et leurs responsabilités. Ces conditions sont indispensables à la mise en place d'un dialogue sain et serein sans lequel aucune avancée ne peut être espérée.

Il faut organiser l'intelligence collective qui nous permettra de nous qualifier "d'ensemble". N’est-ce pas là le rôle de toute collectivité ?

Julien Bouron

vendredi 8 juillet 2016

Vers la Ville nature ! Des jardinières dans nos quartiers !

Vers la Ville nature : dans l'axe de sa politique DD, la Ville de Rezé a installé des jardinières dans les quartiers.

Une initiative inspirée du mouvement des incroyables comestibles et soutenue par les élus écologistes de Rezé.

Il ne reste plus qu'aux habitants de se les approprier !


nainjardiniere_net.jpg

mercredi 6 juillet 2016

Des jardinières dans nos quartiers : une initiative soutenue par les élus écologistes de Rezé

article_jadinieres.PNG
Une initiative soutenue par les élus écologistes de Rezé.

lundi 4 juillet 2016

CONFÉRENCE SUR LES MIGRANTS : INTERVENTION au CM du 24 juin 2016

Nous saluons tout d’abord tous les membres de la conférence Migrants pour l’investissement dont ils ont fait preuve et la qualité du travail qu’ils ont fourni. La question des migrants est non seulement un sujet fort sensible et délicat à aborder mais complexe également au vu des appréhensions exprimées et du contexte actuel.

Cette conférence s’est révélée être un formidable outil de dialogue citoyen dont la démarche aura permis non seulement une meilleure compréhension d’une question considérée dans sa globalité mais aussi un enrichissement mutuel. Nous saluons également l’engagement de la Ville sur un dossier qui ne relève pas uniquement de ses compétences. Cette démarche fait honneur aux valeurs d’humanisme et de solidarité que nous partageons.


Il est effectivement nécessaire d’examiner la question des migrants dans sa globalité afin d’être en mesure d’agir localement avec intelligence. L’action sur notre territoire se traduira au travers d’un véritable suivi sur le terrain avec la mise en place d’un collectif d’acteurs associatifs. Ce dernier, avec le soutien de la Ville, permettra d’agir en lien direct avec les habitants. Si la Ville prend à cœur son rôle de soutien, elle compte sur l’engagement de ses partenaires Nantes-Métropole et l’État qui apporteront leurs compétences respectives.

Il s’agit en premier lieu de répondre à l’urgence sanitaire qui découle des conditions de vie extrêmement précaires constatées sur les terrains occupés. Cependant, comme il a été formulé, la Ville se doit de réfléchir aux trajectoires résidentielles de ces familles en étant en proposition de nouvelles formes d’habitat qui soient adaptées. Cette action doit se décliner dans la temporalité.

La précarité des conditions de vies inclue parfois celle des situations personnelles et familiales. Au regard de celles-ci, nous nous devons de mettre en place le suivi et l’accompagnement adéquates face aux violences qui peuvent surgir de ces situations dans le cercle familial. Il s’agit notamment de la vulnérabilité de certaines femmes et jeunes filles qui peuvent être privées de leur libre arbitre et ainsi subir certaines violences. Nous souhaitons ainsi que les outils de prévention de santé, de sensibilisation et d’éducation sexuelle soient mis en place en lien avec des acteurs associatifs reconnus tel que le Planning Familial par exemple.

Enfin, il s’agit d’évoquer le Pacte républicain dans l’accueil et la solidarité. L’élaboration d’une charte officialisera le contrat républicain, garantissant ainsi les droits et les devoirs des familles habitants sur les terrains aménagés. Nous avons donc devant nous un grand défi à relever.

Il en va de notre responsabilité de prendre « à bras le corps » cette question dans la mesure de nos possibilités et de nos compétences en raison de l’enjeu humain et de l’évolution du contexte international.

Marie-Isabelle YAPO

Qu'il est bon d'oser en politique au service d'un projet engagé !

IMG_1118.JPG

En répondant aux besoins des particuliers, des entreprises et des collectivité, Oser Forêt Vivante, association implantée à Rezé, permet aux personnes en difficulté de se construire un nouvel avenir professionnel.

Un vrai projet de solidarité humaine en lien direct avec la mise en oeuvre de bonnes pratiques de culture maraîchère bio. En fait, l'écologie au service d'une démarche solidaire.

Cette belle aventure a vu le jour 1986 par l'initiative de militants engagés dans la vie associative. Ces personnes énergiques ont décidé de relever le grand défi de ne pas baisser les bras devant la montée croissante du chômage, face à l'augmentation des situations de précarité et qu’il était possible de redonner confiance, assurance, compétences et expérience à des personnes éloignées depuis longtemps du marché de l’emploi en les accompagnant dans leur parcours d’insertion sur le terrain. L’association OSER est devenue OSER FORET VIVANTE le 1er janvier 2009 en fusionnant avec Forêt Vivante, elle-même créée en 1984.

Depuis c'est un outil majeur de l’économie sociale et solidaire rezéenne voir métropolitaine dont l'équipe dynamique est soudée et engagée autour des valeurs d'humanisme et du vivre ensemble. Cette structure décline son projet autour de cinq activités riches et variées : l'insertion professionnel via les services, le chantier Forêt Vivante de collecte et trie de matériaux recyclables auprès de professionnels, le chantier maraîchage bio qui propose des paniers, l'atelier menuiserie et enfin l'atelier restauration Méli-Mélo. Oser Forêt Vivante est donc considérée, à juste titre, comme étant un acteur indispensable pour la vie économique et sociale locale.

Lors du dernier conseil d'administration, le 28 juin, il a ainsi été rappelé les axes essentiels portés par le projet associatif :

  • - Insertion par l’activité économique
  • - Économie sociale et solidaire
  • - Démarche respectueuse de l’environnement.


Le CA a également été un temps fort d'échanges avec la présence et le témoignage de cinq personnes ayant croisé le chemin d'Oser Forêt Vivante. Elles se sont exprimées sur l'évolution positive de leurs parcours d'insertion et sur l’efficacité de l’action plurielle de l’association. Cette action s'inscrit avec efficacité dans un maillage d’acteurs associatifs citoyens bénévoles et institutionnels.

colette_CA_OFV_copie.jpg
Enfin, l’évocation de la re-localisation de l’association a été l'occasion de remercier la Ville de Rezé, représentée, entre autres, par Colette Reclus. En effet, le 25 juin dernier, le conseil municipal a voté des subventions décisives en faveur de la réalisation de nouveaux locaux pour Oser Forêt Vivante. Ceux-ci étant indispensables à la bonne marche et au développement de cet acteur essentiel de l'économie sociale et solidaire locale.

Le projet que porte cette structure associative est donc le fruit d’un travail souterrain et souvent méconnu, peu relayé par les médias, où acteurs associatifs, citoyens, services de la ville et politiques engagés ont œuvré avec obstination et conviction.

Pour en savoir + sur Oser Forêt Vivante et ses activités : http://www.oser-foret-vivante.com/

Eric Dumanchin pour les élus écologistes de Rezé.

vendredi 1 juillet 2016

INVITATION / CYCLO VÉLO le 6 juillet à 18h

RDV à 18h au parking place du 8 mai mercredi 6 juillet !! Le CYCLO VÉLO est un cycle de circuits vélo d'un nouveau genre, à découvrir, pour mieux connaître sa ville, ses passages méconnus et ces lieux d'initiatives et d'expérimentations écologistes qui sont la preuve de la dynamique sur ces questions à l'échelle rezéenne : C'est MERCREDI 6 JUILLET DE 18H À 19H ET C'EST GRATUIT !! INSCRIVEZ-VOUS VITE !!
contact et inscription : elusecologistesreze@gmail.com
circlovelo

mercredi 29 juin 2016

Presse Océan : Linky, la peur n'est pas justifiée

Article PO publié le 22 juin 2016 linky_presse_PO.PNG

mercredi 22 juin 2016

NDDL, ce qu'en dit Marguerite Duras...

nonanddl.jpg

- page 1 de 14