On nous propose de délibérer sur l’adhésion de la ville de Rezé à l’association Sud Loire Avenir. Or, l’objectif de cette association, s’il est bien, globalement, le développement économique du Sud Loire, est fondé sur la reconversion du site aéroportuaire actuel après le transfert de la piste et des activités à Notre Dame des Landes. Dans l’article 2 de l’association il est indiqué qu’il s’agit "d’accompagner le transfert de l’aéroport". Vouloir développer le Sud Loire en affichant comme action, dans les statuts, le départ des emplois de l’aéroport et en fragilisant ceux d’Airbus et de ses sous-traitants est une aberration. Notre adhésion validerait implicitement notre consentement à ce projet. Notre position est connue, nous ne souhaitons pas être associés à une dynamique qui vise à compenser les effets d’un projet néfaste que nous ne soutenons pas. Aussi, tant que ce projet aura des chances d’être stoppé, nous ne contribuerons en aucune manière à une anticipation de sa réalisation.

Une vraie réflexion est indispensable sur le développement économique du Sud Loire dans son ensemble, c'est-à-dire au-delà des limites de l’agglomération. Celle ci doit être débattue, partagée, mais pas avec le transfert de Nantes Atlantique posé comme axiome. Il ne s'agit pas non plus d’opposer le Sud et le Nord, il faut agir pour un équilibre des emplois et une meilleure répartition des flux afin de limiter les transhumances journalières entre les deux rives de la Loire avec leur lot de difficultés pour la population du Sud travaillant au Nord.

Par ailleurs, nous interrogeons le principe même de l’adhésion de la ville à cette association. La municipalité est composée d’hommes et de femmes dont la mission est d’impulser, de définir et de conduire des politiques publiques dont celle de l’économie. Nous avons le devoir d’agir en tant qu’élus au sein même de nos structures. L’adhésion proposée à cette association ne prête-t-elle pas à une certaine confusion des rôles ? Ne risque-t-elle pas de devenir un groupe de pression dans lequel les politiques auront deux casquettes ? Nous préconisons un travail porté par le regroupement des collectivités du Sud Loire, en dialogue ouvert avec les acteurs économiques de ce territoire et les citoyens. Le besoin est réel. Nous devons avoir l’ambition de répartir, structurer, organiser au mieux les zones d’activités et les zones d’habitation de part et d’autre de la Loire, afin de doter l’ensemble du territoire d’une dynamique économique homogène, partagée, concertée et durable. Par exemple sur Rezé la réflexion pourrait être initiée sur des projets impactant l’agglomération (le déplacement du CHU, le transfert du MIN), ainsi que sur des projets rezéens : pourquoi cette absence de volonté quand il s’agit de travailler sur le pôle de loisirs qui potentiellement peut avoir de nombreuses retombées économiques? Nous notons que ce projet est relancé depuis deux ans sans avancée notoire, et que la possibilité d’être associé à la réflexion est difficile pour plusieurs acteurs politiques.
Où sont les volontés politiques ? Les associations doivent-elles devenir le tremplin d’enjeux et stratégies politiques ? Le champ du développement économique est sensible, n’est-on pas en train de substituer une certaine légitimité à agir des élus à des acteurs pluriels dont les buts ne serait pas compatibles avec nos orientations ?

Pour ces deux raisons majeures, de fond comme de forme, nous proposons aux élus de ce conseil de ne pas voter l’adhésion de la ville à l’association Sud Loire Avenir. Pour garantir l’indépendance de chacun, nous demandons un vote à bulletin secret.

Merci de votre attention

Loïc SIMONET